Josy

Envoyer un message
  • Le voyage de Josy en Amérique du sud (part 3°)

    mercredi 24 avril 2013 21:15

    Avant propos

    "Après nos voyages sur "Otowa" à travers la Méditerranée,  nous avons décidé, Philippe et moi de faire le tour de l’Amérique du Sud en …4x4 avec notre « Def » aménagé pour l’occasion.

    Je vais vous faire partager notre périple au jour le jour. Je suis Belge (flamande) qui ne parle français que depuis quelques années, je vous demande donc de m’excuser si certaines tournures de phrases peuvent être mal appropriées. J’espère que cela vous fera sourire."

     

     

    Dimanche 28 octobre

    Ushuaia

    J'ai mieux dormi cette nuit, au moins je n'ai pas réveillé le voisin du pallier (Pat) en toussant toute la nuit comme la veille. Après le pet.dej. nous changeons de lieux. Pour le même prix on a un appartement pour 4 avec notre propre salle de bains, cuisine et salle de séjour. Philippe organise avec Alexandre le transfert de l'argent. Jocelyne et moi, nous préparons le lunch et en route vers le parc national de Ushuaia. Pat et Philippe devant, les 2 filles derrière comme deux clandestines. À l'entrée, nous ne payons que 2 billets. Le gardien n'a pas vue les 2 malheureuses au fond du 4x4.

    On pourrait y rester des heures tellement l'endroit est magique, tranquille et préservé. Parfois un paysage irréel avec les arbres morts, gris clair, ronger par les castors et parfois comme un paysage écossais avec les lacs et des étangs entouré à de montagnes verte. Nous avons vu des oiseaux, ibis, oies antarctiques, canards, aigles, lapins et un renard roux.

    Nous trouvons un endroit à l'abri du vent et au bord du lac pour pique-niquer.

    Puis nous allons vers "los castores". Un endroit dans le parc où les castors on fait des barrages impressionnants. Les barrages, on les a vu mais pas les castors. Tant pis le temps commence a se dégrader. Il pleut de plus en plus et Jocelyne veut

    voir absolument voir "el tren del fin del Mundo" un petit train rouge avec sa locomotive a vapeur reconstitué à l'identique et qui à l'époque transportait des prisonniers. Mais le train n'était pas là.

    J'ai envie de rentrer,  je me sens pas terrible.

     

    Lundi 29 octobre

    Ushuaia

    Ce matin il pleut et j'ai pas trop envie de sortir. Mon état de santé n'est pas au top.

    Philippe mets le blog à jour et moi, mon journal. Nous allons en ville pour transfert d'argent et en même temps je passe par le bureau de tourisme pour tamponner les passeports. Le fameux tampon d’Ushuaia! On fait des courses et ce soir on mangera poulet avec une ratatouille

    Il pleut toute la journée et ça nous enlève toute envie pour sortir.

     

    Mardi 30 octobre

    Ushuaia

    Nous occupons nos journées en attendant que le land soit réparer.

    Aujourd'hui ça serra le tour en " citybus" : promenade dans Ushuaia, on passe par le musée, de  la prison et un arrêt a l'aérodrome pour la vue......

    Petit café, des courses et on rentre.

     

    Mercredi 31 octobre

    Ushuaia

    Ce matin il fait beau, plein soleil mais froid. On décide d'aller jusqu'au glacier (à 7km d'ici) Nous partons bien couvert: bonnets, gants, écharpes. Avec la voiture, on va jusqu'au premier refuge. Ça, c'est La partie facile. Puis à pied , ça monte. On arrive dans la neige.

    Des vus impressionnants.

    Nous essayons de monter plus haut mais sans équipements adapté c'est impossible.

    L'endroit ou nous sommes est très beau (voir photos)

     

    Jeudi 1 novembre

    Ushuaia

    Ce matin j'ai rendez vous chez un coiffeur local. Eh oui, on est depuis 6 semaines en route et des vilains cheveux gris font leurs apparitions. Je regarde encore dans le dictionnaire comment il faut dire que je veux être brune et pas rousse ni blonde. Une heure après je sors ..........oui oui, je suis encore brune......

    Ouf !

    A 11 h rendez vous avec Philippe, Jocelyne, Pat a notre QG pour notre café.

    Puis visite du musée maritime qui a été créé dans l'ancienne prison. Ce musée est très riche en information. Bien expliqué et quand on a fait un tour dans la prison on peut imaginer ce que les prisonniers ont vécu. La devise était "travail et discipline" (comme à la maison!) Au départ c'était une prison pour les récidivistes et les prisonniers longs durés, puis prison militaire. Les prisonniers ont construit entre autre leur prison et le chemin de fer "du bout du monde".

    Fin d'après midi Philippe et Pat sont allés voir si les pièces étaient arrivées mais non.

    Elles sont annoncées ce soir vers 20h. 20h15: Juan, notre mécanicien téléphone pour nous annoncer l'arrivée des pièces.

     

    Vendredi 2 novembre

    Ushuaia

    Il y a une grande machine de linge à notre disposition et ce matin on profite de cette occasion de tout laver. On espère encore toujours qu'on peut partir demain après midi.

    Philippe et Pat vont au garage pour voir le déroulement des travaux. Pendant ce temps

    Jocelyne et moi allons marcher jusqu'au centre. C'est notre promenade journalière.

    Selon ce qu'on mange, on fait même aller-retour. Comme ça on peut manger plus.

    Rendez vous avec nos hommes dans notre QG : ou Tante Sarah( pour le chocolat) ou Andino (grâce au yeux bleu claire de Jocelyne on reçoit un plus des biscuit avec le café )et puis un resto pour fêter la dernière fois qu'on est en ville.

    Doucement mais sûrement on est saturé d'Ushuaia.

    Chercher une carte routier pour Pat, puis direction auberge. ( les filles à pied, les hommes en 4x4).

    J'ai rangé les coffres: mis de côté pour le chaud et sorti les vêtements pour le froid.

    Puis je mets le journal à jour, on mange un bout et au lit.

    Ici les photos de l'état de notre def.

     

    Samedi 3 octobre

    Ushuaia

    Eh oui toujours a Ushuaia. Normalement le def est prêt à midi. On vide nos chambres et nous allons faire le dernier tour en ville (j'espère).

    Il est midi, enfin, on peut chercher la voiture. Eh bien non,trop tôt. Le garagiste est encore occupé avec le def. Nous revenons à l'auberge et manger un petit bout. Enfin13h30, Philippe et Pat vont chercher la voiture. Une heure plus tard le def est devant la porte. Ça fait du bien. Enfin, on peut partir.

    Nous chargeons tous les sacs et tout à coup, je vois la trousse des jumelles vide.

    Philippe pas content, selon lui c'est moi qui n'a pas rangé les jumelles. Je ne dis rien, je cherche partout mais je ne les trouve pas. Ah, peut être chez le garagiste. Ce n'est pas un grand détour donc on va vite voir.

    MAIS! Philippe remarque de nouveau un problème avec la batterie (souvenez vous c'était problème n° 2 qu'on avait solutionné il y a 11jours !)

    Le moral dans les chaussures............Pendant que Philippe cherche les jumelles chez le garagiste, j'aperçois une flaque d'huile en dessous la voiture.

    CATASTROPHE!!!!!!!

    L'ouvrier appelle tout de suite son chef. Bref, le def reste dans l'atelier pour un alternateur pour problème 2 et un joint de la boite de transfert pour problème 3 (eh oui il y a un n°3) et nous, on "refait un dernier grand tour en ville"!!!!! Ce n'est pas fini. Trop tard pour retourner à l'hôtel. Il est complet! Direction : camping de La Pista del Andino. Le garagiste ramène le def vers 21h. Heureusement ma chambre est sur le toit. Vite préparer des pâtes et au lit.

    Bonne nuit.

     

    Dimanche 4 novembre

    Ushuaia - (Puerto Natales)- Punto Arenas

    Enfin nous prenons la route.

    Que ce que ça fait du bien de changer d'air. On commençait en avoir un peu mare d'Ushuaia. On avait visité les points les plus intéressant, les moins intéressant et même les sans intérêt. Bref, nous voila en route direction Puerto Natales

    Sur la route on croise une rallye d’anciennes voitures. Le paysage est joli. La vie est belle.

    À la frontière Chilienne, Philippe fait un tour de la voiture, tout à coup il devient blanc

    comme un mort! De nouveau une flaque d'huile ..........

    Pat se met en dessous la voiture et .......verdict.........ça fuit !!!!!! (Même plus qu'avant)

    Selon Pat c'est toujours la boîte de transfert mais peut-être un autre joint.

    Au lieu d'aller à Puerto Natales, on change la direction pour Punto Arenas. Ou, au départ on ne voulait pas y passer. 1) Il faut prendre un ferry, -2) il y a qu'un par jour,- 3) il est cher, -4) on arrive de l'autre côté que le soir,- 5) il n'y a pas de camping etc....

    Mais là, pas de choix, on doit trouver un garage au plus vite.

    Nous arrivons à Porverir vers 17.30h. Le ferry est a 19h. Pat et Philippe vont a la billetterie et grand désarrois: le bateau est complet. Prochain bateau mardi à 17h nous sommes dimanche!!!!!

    Nos 2 hommes à la recherche d'une solution, trouve une personne qui comprend le problème et appelle le capitaine du bateau qui leurs dit de se trouver les premiers au guichet et qu'il arrangera l'affaire. A 18.15h ils reviennent avec les tickets. On peut embarquer. Nous arrivons a Punta Arenas vers 21.30h. A 22h on débarque à l'hôtel que j'avais trouvé dans le Guide du Routard.(Très accueillante, très familiale)

    Sans manger on va se coucher, dessus des déroulements de ces dernières journées

     

    Lundi 5 novembre

    Punta Arenas

    Nous sommes les seuls clients du "hostal Shrangri La". Le couple qui le tient est très gentil et ils essaient de faire tout pour qu'on se sent bien chez eux, même un peu trop. Au petit déjeuner, prévu pour 8.30h top, tous les 4 ensembles doivent être présents sinon on ne peut pas commencer.

    Philippe, qui fonctionne que quand il a bu au moins 1 tasse de café, s'énerve un tout petit peu. Jocelyne n'est pas encore là donc Il n'a pas droit à son cafe, en plus sur la table il y a un pot genre nescafé ce qu'il n'aime pas du tout.

    La maîtresse de maison a prépare plein de petits pains fourni de jambon et fromage, des fruits frais, des crêpes etc. Elle se vexe un peu quand on demande du pain nature avec confiture. Son mari, a qui nous avons expliqué le problème concernant notre def, a trouvé un garage tout prêt, très compétent et correct et il l' a déjà prévenu. Philippe et Pat y vont tout de suite. Le patron, qui a vu et compris le problème, va essayé de trouver la pièce a Punta Arenas. S' il ne le trouve pas, alors là ............Entre temps on va manger et faire un tour dans la ville.

    Au moment où on veut boire un cafe il y a le premier père Noël de l'année qui sort de cet établissement.(voir photo)

    On passe par le garage et .......la douche froide: on doit commander la pièce a Santiago. Nous sommes lundi fin de la journée, "normalement" mercredi matin tôt la pièce devrait être là. Nous rentrons à l'auberge et nous n'avons plus le courage de sortir.

     

    Mardi 6 novembre

    Punta Arenas

    A 8.30 h au garde à vous dans la salle des petits déjeuner.

    Toujours le même rituel; on peut commencer si tout le monde est présent.

    La maîtresse des lieux est aux petits soins pour nous, elle est même beaucoup trop présente. Elle reste a côté de notre table en cas où on aura besoin de je ne sais pas quoi..

    Pat et Jocelyne nous invitent au resto et le patron de notre bread & breakfast nous a donné une adresse dans le coin où soit disant on mange super bien. La façade et l'intérieur vieux jeux, des fleurs en plastique sur la table que même les tombes n'en veulent pas, la serveuse et le patron non aimable, les plats mauvais .....tout était ringard. Plus déprimés que jamais on se ballade encore dans la ville mais la seule chose que je veux c'est mon lit.

     

    Mercredi 7 novembre

    Punta Arenas

    Après une bonne nuit de sommeil, la vie est un peu plus rose.

    Nous sommes mercredi et ce matin "en principe" la pièce est arrivée. Donc on pourra partir a midi.

    Vers 10h le garagiste nous annonce qu'il n'a rien reçu mais il a une possibilité encore pour fin de l'après midi. Mais vers 17h toujours rien. On rentre à hôtel et pendant la soirée, le patron nous annonce enfin une bonne nouvelle: la pièce est là et la voiture sera prêt demain vers 15h. Ouf!!!!

    On peut enfin regarder les prochaines étapes. On a tous envie de décrocher d'ici et pour du bon cette fois ci.

     

    Vendredi 9 novembre

    Punta Arenas - Torres del Paine

    Km 118 275

    Hier soir le garagiste nous a annoncé que notre def n'était pas réparé, il a mal diagnostiqué (le joint n'est pas bon et il n'a pas commandé une tulipe) et qu'on doit absolument aller à Santiago pour avoir les bonnes pièces. La fuite est toujours là!

    Il a "collé" le mauvais joint en espérant que ça va tenir! Pour qu'on peut continuer, on doit rouler a 2 roues motrices et sans transmission. Je suis fatiguée d'attendre que notre véhicule est soit disant réparer et finalement les problèmes sont toujours là.

    J'en veux à tout Punta Arenas et je suis très contente de partir aujourd'hui. Pat et Philippe vont chercher la voiture vers 10h (pas plus tôt, la colle doit sécher ! Non ce n'est pas une blague).

    Enfin en route.

    Il y a énormément de vent. Nous pouvons à peine ouvrir les portières de la voiture. Les arbres sont presque coucher. Malgré ce vent on trouve un petit coin calme pour le pique nique' Il fait froid mais qu'est ce qu'on est bien. Philippe a trouvé une piste superbe pas celle du roadbook. Nous arrivons fin après midi à l'entrée du parc Torres del Paine et réservons en même temps le bateau qui nous amène au glacier Grey.

    Pendant qu'on réserve le bateau nous avons une vue sur la plage du lac Grey et des énormes blocs de glaces décrochés du glacier.

    Dans le parc (229 000ha) on trouve un camping très agréable au bord du lac Pehoe avec vue sur Torres et très bien abrité contre les vents violents très réputées ici.

    Nous préparons un bon apéritif. Il y a longtemps que je me suis sentie si bien. Ce beau paysage, ces montagnes enneigés qui se miroitent dans le lac turquoise me font du bien. On voit de loin des condors qui survolent les montagnes aux alentours.

    Devant nous, un couché de soleil qui existe que dans les rêves.

    Bonne nuit.

     

    Samedi 10 novembre

    Torres del Paine - camping Pehoe

    Qu'elle magnifique matinée! Il y a beaucoup moins de vent et le soleil est au rendez-vous.

    Nous sommes dans le parc l'un des plus beaux de Chili. C'est ici qu'on découvre la Patagonie dans toute sa splendeur."La diversité des paysages, forêts, montagnes, lacs, cascade, glaciers et la richesse de la faune et la flore." (Guide de routard)

    Mais aussi des vents très violents et des nuits glaciales. Pat, Jocelyne et moi allons en promenade vers le sommet d'une colline. De là nous avons une vue imprenable sur toute la vallée de Pehoe.

    Après déjeuner nous partons à 4 vers le mirador pour observer des condors.

    En 2011 le parc a été victime d'un énorme incendie qui a ravagé une grande partie de la forêt et la piste pour le mirador passe à cet endroit. C'est une sensation forte d'être au milieu de ce paysage noir, calciné et en même temps fragile a cause du vent. On pourrait se croire dans un film.

    Un moment donné nous ne nous sentions plus en sécurité Le vent souffle tellement que Philippe et moi sont redescendus. Pat et Jocelyne ont continué mais le vent était d'une violence énorme que Jocelyne a grimpé à 4 pattes pour avancer.

    Quelle journée plein d'émotions.

     

    Dimanche 11 novembre

    Torres del Paine - camping Pehoe

    Aujourd'hui nous prenons le bateau pour une excursion de 3h au Lago Grey.

    Je n'ai pas assez de mes yeux pour tout voir quand le bateau passe très près des icebergs d'une couleur bleutée si étincelante. C'est le premier grand glacier (5 km) que nous voyons. Il a des pics jusqu'à 40m de haut.

    Éblouissant ! C'est une gigantesque mer de glace.

    Quel spectacle

    Un grand moment!

    Dommage que le glacier recule de 4 à 6 m chaque année a cause de réchauffement climatique.

     

    Lundi 12 novembre

    Torres del Paine - El Calafate

    Km 118 275. 5°

    Ce matin, nous partons à notre aise. L'endroit est tellement beau qu'on a mal a décrocher de là. En sortant du parc de Torres, on a vu des centaines de guanacos qui n'ont absolument pas peur de nous, car nous avons pu les approcher pour les photographier. Après les guanacos c'est Jean-Pierre que nous avons trouvé sur la route. Pat et Jocelyne lui ont proposé de l'emmener. Le vélo sur le toit du 4x4 et jean-pierre dans le 4x4.

    Et nous sommes répartis pour El Calafate. Au fur et à mesure que l'on se rapproche d'El Calafate on remarque des guanacos morts dans les champs sur plusieurs kilomètres. Des centaines, c'est vraiment triste..... En arrivant dans la ville nous trouvons une station pour vidanges rapides, assez minable qui n'a pas pu nous aider....

    Nous sommes donc allés à la station essence ou avec Pat nous avons acheté de l'huile et une pompe pour faire nous même (enfin Pat tout seul). Le soir Pat s'est mis sous notre voiture avec la pompe et infecter l'huile dans la boîte de transfert. (Chaque 600 à 800km) Merci Pat!!!

    Nous avons dormi au camping El Ovejero le long de la rivière à l'entrée de la ville.

     

    Mardi 13 novembre

    El Calafate / camping El Ovejero

    Nous partons dans la matinée pour le Parc National des Glaciers.Pat et Jocelyne prennent Jean-Pierre avec eux dans leur def. Très sympa de leur part. Nous prenons notre lunch avec nous et dans le parc, on trouve un très bel endroit en plein nature à côté d'un lac, pour déjeuner. Des lapins jouent et courent autour de nous et des characaras (sorte de rapace) viennent nous voir de près en espérant qu'on leurs laissent des restes.

    Maintenant quelques mots sur l'un des glaciers les plus vivants du monde : Périto Moreno, classé au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, ce glacier fait 5 km de large sur 15 km de profondeur, il arrive à 60 m au-dessus du niveau du lac. Difficile d'être insensible à cette majestueuse beauté. On peut voir des crevasses et des grottes aux reflets bleutés à l'intérieur du glacier

     

    C'est l'un des seuls de la région à gagner de l'espace. Il grince, craque, gronde, résonne. Surtout fin de l'âpres midi, les chutes de blocs de glace sont plus fréquentes, lorsque le glacier a été réchauffé par le soleil. Nous sommes restés un certain temps et nous avons entendu (mais pas vu) des blocs tomber avec un bruit énorme qui se répercute contre les montagnes.

    On pourrait passer des heures à l'observer sans s'en lasser.

     

    Mercredi 14 novembre décès maman

    El Calafate - El Chaltén (Mont Fitz Roy)

    Km 119 669

    Km 120 107

    Aujourd'hui nous partons vers El Chaltén. Nous traversons de la steppe désertique, rencontre Nous avons pris le temps ce matin pour aéré notre duvet et la tente. C'est l'anniversaire de Steven aujourd'hui et grâce à internet, wifi et skype j'ai pu le souhaiter à vive voix.

    Philippe a des nouvelles concernant sa maman, de sa sœur, qui sont pas bonnes.

    Voyager loin de la maison en sachant que sa maman est mourante, est très difficile pour lui. Je pense que, s'il avait la possibilité de rentrée, il le ferait et je le comprends.

    Nous sommes en route pour El Chalten. Camping El Relinc


    Commentaires
  • Le voyage de Josy en Amérique du sud (part 2°)

    mercredi 24 avril 2013 18:58

     

    Avant propos

    "Après nos voyages sur "Otowa" à travers la Méditerranée,  nous avons décidé, Philippe et moi de faire le tour de l’Amérique du Sud en …4x4 avec notre « Def » aménagé pour l’occasion.

    Je vais vous faire partager notre périple au jour le jour. Je suis Belge (flamande) qui ne parle français que depuis quelques années, je vous demande donc de m’excuser si certaines tournures de phrases peuvent être mal appropriées. J’espère que cela vous fera sourire."

     

     

    Mercredi 17 octobre

    Km : 114 738

    Heureusement que je me suis trompée d'une heure ce matin, on a quand même pas mal à faire pour le décrochement final.

    Le gasoil, l'eau et du pain et on est parti.

    On prend l'autoroute jusqu'à BA, qu'on aurai pas du faire. On est en plein trafic, mais ce n’est pas grave, on est dans notre 4x4 donc tout va bien. Après BA, petite pause pipi et café et en route. Beaucoup de camion, pas facile pour les dépasser vu notre puissance réduite.

    Arrêt lunch à 14h.Une grosse panique: il y a un tatou qui se ballade et je veux prendre une photo mais en arrivant il se sauve dans l'herbe. Le gentil Joël veut m'aider à le chercher mais des le moment que j'approche de l'herbe il lance un cri qui m'a fait sauter de peur.

    À la hauteur de Azul il y a une plaque: Ushuaia 2839 km. Eh oui on est bel et bien en Amérique du Sud. Première arrêt gasoil : pompe vide !(Chillan ) km 360 sur Rn 3.

    Nous roulons jusqu'a Monte Hermoso (21h).

    Les 2 campings indiques sont fermés et on bivouac sur la plage. Il y a une pancarte qui indique qu'on peux pas rouler sur la plage mais il est tard et il y a personne.

    Nous sommes les seuls de notre groupe qui avons une tente sur le toit, les 4 autres dorment dans la voiture ou cellule.

    Pendant que je mets la table, quelqu'un vient vers les 4x4. Un drôle d'individu. On le comprend pas sauf quand il dit qu'il va appeler la police. On ne s’inquiète pas trop et on mange un petit qque chose puis dodo.

     

    Jeudi 18 octobre

    Km 115 469

    Je n'ai pas très bien dormi. Pas grave. On se lève à 6.20.

    Petit dej. et à 8h top on est réparti direction Valdes. À 10.30h nous sommes arrêtés pour un contrôle sanitaire (pas de fruit,viande etc).

    Nous sommes en Patagonie !!!!! ´      On est émue !!.

    Il fait beau, le soleil est présent, la bonne humeur aussi. On est tous heureux d'être là!Sur la route on passe régulièrement des contrôles sanitaires.

    Direction Carmen de Patagones. Après un picnic on continue la longue route tout@ droit vers Valdes. Les toys prennent de l'avance. Sur des routes comme celles-ci, c'est quand même bien d'avoir de puissance pour avancer. Et en plus il fait très chaud dans le def (30°). Quand nos copains sortent de leurs toy , ils sont frais comme une rose. Nous par contre comme des loques, mal partout, fatigués et surtout moi des jambes gonflées. Du coup je pense à Moeke qui m'avait fait une réflectif quand on était a Kazakstan.

    Mais ce n’est pas grave, on est en Patagonie!

    Vers 17h on s'aperçoit qu’on n’arrivait pas à Valdes aujourd'hui. Vers 19h on est à Sierra Grande, il y a un petit chemin qui longe l'océan et on trouve un endroit idéal pour le bivouac. Une bonne douche chaude dans notre tente girafe et nous sommes près pour l'apéro devant l'océan.

    Il commence à faire froid et les copains rentre dans leurs coquilles tandis que nous.... on est dehors. À ces moments j'envie les azalaë. Je prépare des pâtes pour nous, Pat et Jocelyn (aussi en land et aussi dehors).

    Il fait très froid et il n'y a rien d'autres à faire qu'aller dormir.

     

    Vendredi 19 octobre

    Km : 116 173

    6.20h on se lève. Il fait beau. On prend notre pet. dej devant l'océan. Des moments magiques.

    En route pour la Péninsule Valdes.

    Vers 11.30h nous arrivons au petit village:Puerto Piramides et on s'informe sur les sorties des bateaux pour observer les baleines. 3 couples partent à 13.30h et nous sommes inscrits pour la sortie « sunset ». Entre temps on s'installe dans un camping fermé et après le lunch on fait de l'ordre dans nos sacs et coffres. Je fais une grande lessive, il fait beau donc ça sèche vite.

    Tout cela prend quand même l'après-midi. À 17,15h on part à 4 pour le rendez vous avec les baleines. On reçoit des vestes de sauvetages et à 18h30 le bateau part. Philippe avec 2 appareils de photo, moi avec caméra. Quand la baleine montrera le bout de son nez, elle ne pourrait pas s'échapper sans qu'on a des centaines de photos. Après une vingtaine de min. La première baleine se montre et elle a son " petit " à côté d'elle. Le petit est blanc. C'est assez rare.

    Plusieurs fois il se montre mais pas de coup de queue. Philippe mitraille et moi je filme. Le bateau cherche un autre endroit et oui un tout grand. Il se montre bien mais pas sa queue. Après 1h et demi et beaucoup de film et photo des différents baleines, le soleil commence a descendre. Philippe parle avec le skipper et fait comprendre qu'il lui faut absolument une queue et de préférence dans la lumière de soleil qui reflète dans l'océan. .

    Le skipper qui est amusé par l'enthousiasme de mon homme fait vraiment tout pour satisfaire ce client un peu bizarre. Tout à coup cette énorme baleine plonge dans l'eau et montre dans toute sa grandeur son énorme queue et encore à plusieurs reprises.

    Non seulement sa queue mais il ressort de l'eau comme une fusé, replonge et ressort et tout ce spectacle dans le sillage de la lumière du soleil couchant.

    La dernière demi-heure surpasse toutes nos attentes. On est tous euphorique. Voir photos...

    Pour fêter cette belle expérience on va manger dans un petit resto très sympa où on

    mangé super bien(fruit de mer)

    Puis dodo.

     

    Samedi 20 octobre

    Km : 116 393

    Ce matin on fait le tour de la presqu'île pour voir des manchots: Caleto et des lions de mer. On voit une vingtaine de manchots et des lions de mer qui sont paresseux et bouge presque pas.

    Joël propose d'aller manger au "Phare" : Punta Delgado. Un resto et hôtel a côté de l'océan où on peut observer des lions de mer de plus prêt. On quitte cette endroit et sur le parking tout a coup Michel annonce assez brusque qu'il nous quitte et que Joël et Guy viennent avec lui.

    Pas le temps de dire au revoir ni adieu. Philippe très ému. Il s'entend très bien avec Michel et cette cassure imprévue lui fait du mal. Je comprends l'expression que Joël dit toujours « mon cœur saigne ». Mais dans mon cas ce n'est pas une blague, j'ai vraiment mal à les voir partir. Ils me manquent déjà!

    À peine 1h après, on les rencontre à une station d'essence. Joël et Guy n'ont pas compris cette décision de Michel. Le résultat : soulagement car on reste ensemble. L’après midi on part pour Puerto Madryn. Nous avons cassé l'antenne de vhf, on trouve peut-être là. C'est samedi le ship est fermé,tant pis .

     

    Dimanche 21 octobre

    Km : 116 830

    Mon œil va mieux. Nous avons passé la nuit à 30km de Punto Tombo a l'entrée du parc. J'ai bien dormi mais Ph a eu le brûlant. Je me demande de quoi.

    On part à 7.30h. C'est une piste jusqu'à Punto Tombo.

    À 8.10h on commence notre promenade dans la réserve naturelle. Il fait froid et le soleil se cache. Dommage pour les photos. À peine qque pas, on observe déjà des centaines de trous, chaque trou est un nid de pingouins de Magellan et les nids sont tous habités. Les animaux ne sont pas du tout effrayer par notre présence. Il y en a partout, n'importe où on regarde.

    Les pingouins sont assez petits. Ils sont à 10cm de nous. J'ai envie de les toucher et caresser. J'essaie de filmer pendant qu'ils font un drôle de bruit. Pas facile, ce bruit ne dure pas longtemps. Le temps que j'enregistre c'est fini.

    Tout à coup je remarque que ma batterie de mon caméra est presque

    vide. Oei. PH va rouspéter et cette fois ci avec raison. Heureusement que j'ai l'appareil photo.

    Dans cette réserve il y a plus de 200 000 de couples de pingouins. C'est le plus grand rassemblement de pingouins. Il y en a partout, dans leurs nids en train de couver, dormir, se reposer ou faire cracrac. Il y en a qui vont nager ou qui partent en couple ou en groupe.

    Je me mets sur les genoux pour photographier et un pingouin vient vers moi et commence à me toucher avec le bec. Je n'ose pas bouger mais il n'a pas peur du tout. Il pique doucement mon pantalon, chaussures, caméra,.. J'ai l'impression qu'il m'aime bien et c'est réciproque.

    J'ai difficile à décrocher de cette endroit. Mais je ne vois plus personne. Temps de partir. Le soleil se montre et j'en profite de photographier avec cette belle lumière. À une deuxième reprise je me fais solliciter par un beau pingouin. Sur le chemin de retour un ..........traverse la piste. Il ne me voit pas. Il est vraiment à 2 pas de moi. Le vent est à mon avantage. Je chérie ces moments. C'est dur de quitter ce lieu.

    Philippe m'attend pour partir. Adieu mes amis je ne vous oublierai pas. En route pour la prochaine aventure.

    A midi on s'arrête derrière une station pour manger (trop de vent) De nouveau mon œil est plein de sang. A Ushuaia je vais chercher un médecin, ça commence à m'inquiéter.

    La route est longue et tout droit sans virage et monotone. Philippe a difficile. Heureusement Pat s'est arrêté à une station où on peut prendre une douche chaude. Qu'est ce que ça fait du bien.

    On est prêt pour faire qques centaines de kilomètres. Joël et Guy ont trouvé un camping "Illusion" à Fitzroy, il porte bien son nom.

    Mais on a eu pire donc tout va bien. Il y a une très bonne ambiance dans notre petit groupe et c'est plus important qu'un beau camping. Après un apéro bien mérite, on se fait plaisir avec un beau morceau de viande acheté auparavant. Il fait très froid et Philippe mets la tente " salle à manger". On dine avec Jocelyn et Pat. Après les copains sont venus avec un digestif.

    Et maintenant au lit.

     

    Lundi 22 octobre

    Km 117 360

    À 5h je m'habille, mince je me suis trompée d'une heure. Difficile à retrouver le sommeil.

    Il fait moins froid que hier soir.

    L'œil a mauvaise mine.

    En route pour "la forêt pétrifiée " qui se trouve à une 80 km de Fitzroy.

    La voiture fait un drôle de bruit en 5 eme.

    La piste pour arriver au site est belle. On a vu des nandous(petits autruches), guanacos et

    des lièvres de Patagonie .

    Les panoramas sont de plus en plus beaux avec des reliefs tabulaires.(merci Guy). En arrivant au site, une guide nous dit que c'est absolument interdit de ramasser la moindre petite morceau de pierre.

    On commence notre promenade dans "la forêt". Un nom étrange pour ce site protégé depuis 1954. Des troncs, des branches vieux de 150 millions d'années pétrifiée mais que d'histoires ils pourraient raconter. Joël s'accroupit pour regarder un lézard caché sous une pierre. Aussi tôt une sirène hurle. Nous sommes sérieusement observer.

    Quand on arrive sur la pointe de la colline, nous avons une vue de 360° magnifique.

    C'est le premier beau panorama depuis qu'on a quitté Zarate.

    Après, nous visitons brièvement le petit musée. Puis on est réparti direction Rio Gallegos. Des routes à perte de vue et monotone. Michel, qui a un 4x4 puissant, veut avancer. Compréhensible..Dommage que je ne vois plus Guy et Joël. J'espère qu'ils sont en même temps que nous à Ushuaia.

    Les 2 lands restent derrière. C'était à prévoir. Par contre notre def fait de plus en plus de bruit. La route est ennuyant et vers 16 h on s'arrête, je fais du café avec des biscuits en on est réparti.

    Au plus qu'on approche à Rio Gallegos au plus on entend les voix de nos copains. Haché mais bel et bien leurs voix. À Rio Gallegos Philippe a vu une hôpital militaire. Peut être on va demain chercher un ophtalmologue.

    Nos copains ont déjà trouvé un camping (avec douche chaude) et nous guident pour trouver plus facilement. Heureusement, même avec l'aide, elle n'est pas facile de trouver.

    Douche, Apéro, manger et dodo.

     

    Mardi 23 octobre

    Km 118 070

    De Rio Gallegos à Rio Grande.

    Je me lève à 6h. Pas de vent donc pas trop froid.

    Le camping est très rudimentaire mais ......les douches sont chaudes. Oef !

    Ah mon œil va un peu mieux.

    On ne va pas a l'hôpital mais au garage. Rene, Ricardo, Jocelyn et Pat nous accompagne. Ça ne s’annonce pas bien. Le garagiste n'a pas les pièces et il nous envoie à Rio Grande où il y a un garage plus important. On doit rouler en 4ème donc pas plus que 80km/h

    La route va être longue. On passe des étangs avec des Flamands Roses.

    À 11.30h on arrive à la frontière du Chili. René y est déjà. Philippe fait les papiers. Il fait très froid et un vent glacial. Sur le parking on mange vite un kiwi, saucisson et une tomate. Mieux ça que les jeter. Le contrôle de nourriture est très sévère. Pas de fruits, légumes, viande ou dérivant de la viande.

    On passe la frontière et il pleut. Comme dans le film "les ch'tis". Le panorama ne change pas. On roule vers le Ferry. Une dizaine de min. d'attente et c'est à nous. Quelques camions et des véhicules et on est parti. Il y a beaucoup de courant. Je ne sors même pas tellement il fait froid. Une fois l'autre côté de la rivière, on roule sur une piste.

    On arrive a Rio Grande vers 17 h. Vite au garage avant que ça ferme. Le chef de l'atelier va faire un tour avec Philippe pour entendre le bruit. Après 20 min ils reviennent avec toujours le même diagnostic et le même verdict. Pas des pièces donc pas de réparation. Mais il veut bien téléphoner le lendemain chez le concessionnaire land à Buenos Aires.

    Entre temps il est 20h du soir et on doit commencer à chercher un hôtel (notre voiture avec la tente est dans le garage donc obligé de prendre un hôtel ) et d'ailleurs il fait très froid.

    Pas facile de trouver les hôtel à Rio Grande, déjà il y en a très peu et/ou complet ou fermé. Il y en a un mais trop cher pour notre budget, j'essaie de négocier mais rien à faire.

    Pas grave on cherche plus loin. En dehors de la ville je trouve un hôtel un peu éloigné .

    Je suis tellement contente que je n'ai pas vu la lumière rouge et bleu.

    Il fait noir et je tourne un peu autour mais pas de réception seulement une barrière et des box pour garer les voitures en toute discrétion. Un grand panneau avec des photos des chambres.

    Chouette, on peut même choisir notre chambre. Tout a coup je vois les prix. Bizarre c'est marqué par heure........Je me sens idiote! Philippe en a marre et finalement on dort à l'hôtel cher. Pat et Jocelyne dorment dans la voiture. Je ne les envie pas.

    Pendant le dîner on parle avec un jeune Argentin qui a un Estancia, avec 20 000 moutons, sur le chemin d'Ushuaia. Il nous invite pour passer quelques jours chez lui. Mais avec le retard qu'on a pris et les soucis de la panne on a gentiment refusé. Et puis bonne nuit et a demain.

     

    Mercredi 24 octobre

    De Rio Grande à Ushuaia.

    Au garage, le chef d'atelier nous dit qu'il ne peut pas grand chose pour nous et que on à plus de chance au Chili.

    Nous décidons de continuer le chemin vers Ushuaia en 4 éme et a 80km/h et puis faire réparer la voiture en revenant. ( on doit quand même passer par Chili).

    Donc nous voilà en route pour Ushuaia.

    Une centaine de kilomètres nous sépare du bout du monde.

    Paysage avec les arbres morts ........ On commence à voir de la neige. Les paysages sont superbes. Des lacs entouré des montagnes enneige. Un ciel bleu. L'air est pur.

    Et puis...................USHUAIA le bout du monde!!!!!!!!!

    Il y a quelque chose qui se passe à l'intérieur de nous. On dit pas grand chose. Encore maintenant que j'écris ces lignes j'ai les larmes dans les yeux. C'est très fort.

    Entre temps il y a une odeur bizarre dans le 4x4, presque intenable, comme des œufs pourris. Je me souviens du même odeur quand les batteries du bateau étaient foutus.

    Le moral de Philippe n'est pas au beau fixe et c'est normal. La panne de l'ordi, la panne de la boîte de vitesse et maintenant les batteries.

    Nous avons une adresse où nos autres copains logent. Jocelyne et Pat vont chercher un camping.

    Philippe me dépose a l'hôtel et lui, il va chercher un garage.

    L' énième. Il n'a plus des soucis pour se faire comprendre en espagnol dans les garages. Il est entraîne maintenant. Ça fait du bien de revoir Joël, Guy, Michel et Christine.

    Quand Philippe revient du garage, nous allons tous manger pour fêter nos retrouvailles. Nous avons tous beaucoup à raconter, il y a déjà 2 jours qu'on s'est plus vu.

    Après le dîner on rentre tous à l'hôtel. Les 4 partent demain matin et nous, on doit changer de l'hôtel. Il y a que pour 1 nuit de la place.

     

    Jeudi 25 octobre

    Ushuaia

    Aujourd'hui Joël, Guy, Christine et Michel nous quittent. Nous prenons encore le petit dej ensemble et puis péniblement on se dit au revoir.

    Pas facile, nous avons passé des bons moments ensemble. À 9.30h nous avons un rendez vous sur le port pour une ballade de 4h en bateau sur le canal de Beagle.

    En s'éloignant d'Ushuaia, on se rend mieux compte que la baie est entourée de montagnes enneigées. Le panorama est époustouflant.

    Il fait très froid mais le spectacle est tellement beau qu'on oublie la température. Notre guide Vanina nous déballe des cartes et explique l'histoire de la Terre de Feu et de leurs premiers habitants: les yamanas, population décimée. Ils vivaient complètement nu dans des températures glacial et ce depuis 10 000 ans. Les derniers ont disparu en 1920.

    Le bateau passe de très près les îles Bridges qui abritent des centaines de cormorans royaux (au cou blanc) et de cormorans Magellan (au cou noir) et une île avec des lions de mer. Le skipper n'a pas peur de s'approcher bien près du bord. Et puis l'île des Éclaireurs, avec son célèbre phare qui porte le même nom. De temps en temps on vient s'abriter du froid à l'intérieur du bateau qui est très agréable. Après, le bateau s'amarre sur l'île, une réserve naturelle où on peut se promener.

    Au retour le café, thé ou chocolat chaud avec biscuit sont servis par la très gentille Vanina. A 14h nous sommes revenus au port ou Ricardo et René nous attendent. L'électricien qui s'occupe de la panne de batterie à besoin de Philippe d'urgence. Dans tout Ushuaia il reste qu'une seul batterie et on en a besoin. Après le lunch, nous nous installons dans une auberge familiale et pas trop cher.

    Après une grande promenade en ville il est temps de se coucher.

     

    Vendredi 26 octobre

    Ushuaia

    Ce matin Pat et Jocelyne viennent a l'auberge. Ils ont décidé de rester et continuer le voyage avec nous. Quelle chance pour nous! Aujourd'hui nous ne sortons pas beaucoup. Un peu le contre coup de ce qui nous arrive.

    À midi René et Ricardo arrivent aussi a l'auberge et René nous prépare des bonne pâtes. Fin d'après midi un peu des courses et préparer l'apéro pour fêter l'arrivé de Claudia.

    Enfin le grand jour pour René: sa Claudia arrive !!!!

    Nous sommes tous content pour lui. Le soir Philippe a un entretien avec le garagiste et Ricardo.(le traducteur) Il a ouvert le def et lundi il va commander les pièces a Buenos Aires. Espérons qu'on va les avoir mercredi ou jeudi et qu'on peut partir samedi

    Après tout, nous passons une excellente soirée ensemble.

     

    Samedi 27 octobre

    Ushuaia

    Ma nuit a été terrible, je n'ai fait que tousser. Je me lève épuiser. La moitié du couloir m'a entendu tousser. Philippe, qui dort à côté de moi, n'a rien entendu du tout !

    Nous sommes encore à 7 personnes (René,Claudia,Ricardo,Pat,Jocelyne et nous).

    C'est le dernier jour qu'on est ensemble. Demain matin René et co vont partir et essayer de rattraper le reste du groupe. Ils devraient les rejoindre dans 2 ou 3 jours.

    Maintenant que le wifi marche bien j'essaie d'envoyer un peu de mes nouvelles.

    Philippe arrange avec la banque et les enfants comment faire venir de l'argent (pas une mince affaire en Argentine). L'apres-midi il complète son blog(ça devient temps) Avec tous les soucis que nous avons eu, le blog n'est pas sa priorité . Nous avons de la chance que Pat et Jocelyne restent avec nous, non seulement pour le voyage mais pendant ces 12 jours qu'on est sur place, nous pouvons faire des courses, visiter, aller se balader avec le 4x4 de Pat. (Merci Pat)

    Normalement ils dorment dans leur def donc il y a de la place pour que Jocelyne et moi pouvons nous installer derrière. Pas pour des dizaines de kilomètres mais mieux ça, que faire tout à pied. (L'auberge est hors de la ville).

    Promenade en ville, faire des courses et le soir nous avons tous manger ensemble.

    Très agréable soirée.

     

     


    Commentaires
  • Josy est ami(e) avec imagine mercredi 24 avril 2013 15:42
  • Le voyage de Josy en Amérique du sud (part 1°)

    mercredi 24 avril 2013 15:20

    Après nos voyages sur "Otowa" à travers la Méditerranée,  nous avons décidé, Philippe et moi de faire le tour de l’Amérique du Sud en …4x4 avec notre « Def » aménagé pour l’occasion.

    Je vais vous faire partager notre périple au jour le jour. Je suis Belge (flamande) qui ne parle français que depuis quelques années, je vous demande donc de m’excuser si certaines tournures de phrases peuvent être mal appropriées. J’espère que cela vous fera sourire.

     

     

    Vendredi 21 septembre 2012

    17h02 Steven et les petites viennent nous chercher et nous déposent à la gare.

    Nous sommes chargés comme des baudets.

    19h18 Le train sort de la gare. Le voyage peut commencer. Oef!

    Samedi 22 septembre

    Après un vol agréable de 13h nous arrivons à 7hh45 local.

    Heureusement nous avons pu dormir grâce à l'économique premium.

    BUENOS AIRES HERE WE COME !!!!!!!

    À la douane ça commence bien. Philippe qui me dit : c'est à toi maintenant de faire ta part du voyage, tu traduis ce qu'ils disent.

    Je suis un peu embêtée. La seule chose que je devais faire pour le voyage c'était d'apprendre l'espagnol et je ne l'ai pas fait.

    Après qu'on a déposé le bagage à l'hôtel (très beau) on part pour visiter Place Mayo et Recoletta avec son célèbre cimetière. Très surprenant, très prennent et plein d'histoire ou certaines famille se font construire des véritables mausolées. Un des plus visite est celui de la famille Duarte ou repose Évita Perron, figure historique de l'Argentine.

    Après nous allons manger la vraie viande argentine. C'est là où on a vu la Stella Artois dansun seau de champagne plein de glaçons. Pas bête les Argentins.

    Il y a un marché artisanal mais vu les bagages bondées on regarde seulement.

    Il est 20h et fatigues du voyage,nous allons dormir.

    Dimanche 23 septembre.

    Il est 7h. On se réveille. Philippe regarde le mail de René (l’organisateur) avec plein de changements dans le parcours. Ça fait ch........... Philippe. Il a tellement bien prépare.

    Tant pis! C'est comme ça.

    Je n'ose pas mettre mes lentilles. Un oeil est complètement rouge.

    Nous partons pour La Bocca: un quartier de BA connu pour les petits maisons colorées très vive, construisent à l'époque avec des planches et des tôles de récupération. C'était peint avec les restes des pots de peinture des bateaux. Un quartier pauvre devenu touristique. Ambiance tango assurée.

     

    En route pour La Telmo.

    La Plaza Doreggo est plein du charme provençale. Le dimanche, les danseurs de tango, musiciens, une brocante etc.donnent cet endroit une ambiance très agréable. Ko

    En semaine, les terrasses reprennent leurs places.

    Fatigués on rentre à l'hôtel.

     

    Lundi 24 septembre

    Ce n'est pas le jour idéal pour prendre le car touristique, car il fait très froid mais on est des durs. À peine partie, on regrette qu'on n'a pas pris nos vestes et bonnets.

    3 haltes plus tard on quitte le bus pour chercher les vestes à l'hôtel. Retour au halte 3 pour reprendre le car. Pas de chance le car est en panne. Une heure après on est au case de départ et on doit attendre un autre car. Bref avec beaucoup de retard on reprend la route.

    On passe par Palermo Viejo ou Soho, un endroit très animé où on quitte le bus pour manger. Le quartier est très jeune et branché. Les boutiques les plus farfelues, les chers et les cheaps se trouvent dans ce quartier. J'aime bien.

    On reprend le car mais je ne prends pas de plaisir, j'ai tellement froid.

    Le soir on va manger à Puerto Madero. C'était un port délabré et ces anciens dock ont été réhabilité. C'est maintenant l'arrondissement le plus cher au mètre carré. Des lofts, des entreprises, bars et restaurants entre autre "siga la vacha" où on mange se soir.

    On va revenir une autrefois tellement on mange bien ( à volonté 130 pesos).

     

    Mardi 25 septembre

    Bien dormi après une journée de froid.

    Ce matin on fait "les murs" a la recherche de l'argent. Pas évident: max 1000 pesos et seulement visa. Près de l'hôtel, bonne adresse pour cd et guide.

    On trouve le magasin Wild World qui nous peut fournir des bouteilles de gaz.

    Visite de la Galerie Pacific.

    On prend le café au El Gato Negro.

    Rendez vous a 20h au lobby de l'hôtel pour une soirée spectacle de tango.

     

    Mercredi 26 septembre

    Départ de l'hôtel Savoy pour aller au Conquistador.

    On va de 5*plus à 3*moins. Le choc et en plus on paye plus.

    Le groupe est arrivé vers 11h et toute suite les petits groupes se forment.

    Lunch avec 3 autre couples à El Establo. Très bien manger, bonne ambiance.

    Promenade en ville.

     

    Jeudi 27 septembre

    Pet.dej. à 8h.

    Parti à pied à La Boca. (Voir 23 sept.)

    Visite et lunch (mauvais)

    Visite ancien prison et musée. Balade dans les rues de la Place Direggo.(voir 23sept)

    Pendant le retour on tombe en plein milieu d'une manifestation

    Dîner en face de l'hôtel. Viande excellent.

    Dodo.

     

    Vendredi 28 septembre

    Départ à 10.30h

    Journée et nuit en bus. Très pénible pour mois. Jambe et pied gonfles.

     

    Samedi 29 septembre

    Nous sommes arrivés à l'hôtel vers midi, enfin on est a Iguazu côté Brezil.

    Puisque les chambres de l'hôtel ne sont pas prêtes, nous partons à pied à la cascade. Un temps pourri: pluie, vent et froid. À l'entre du site on prend un bus ouvert!!!!!! jusqu'aux chutes. C'est intenable tellement il fait froid.

    Mais la vue des cascades fait oublier toute souffrance. Un paysage époustouflant.

    MAJESTUEUX !!!!

    Les photos ne seront pas à la hauteur à cause le mauvais temps.( pluie et brume)

    On reprend le car plein des jeunes (une école de Cordoba en Argentine).

    Super ambiance, des cris, des rigolades, des bisous. On dirait qu'on été les Mamy et papy de toute cette classe.

     

    Dimanche 30 septembre

    Journée Iguazu

    Départ 9h. Nous partons en car pour Iguazu mais côté Argentin. Il paraît beaucoup plus beau que le côté brésilien. On verra.

    Avec notre petit groupe de 8, nous prenons journée grande aventure et écologique (différent possibilité). Nous avons une énorme chance que le temps soit avec nous, il fait beau et grand soleil.

    On prend un unimog pour faire un tour dans le forêt, puis on arrive à la rivière.

    On nous donne des gilets de sauvetage et des sacs étanches. Un énorme zodiac nous attend pour nous amener au pied des chutes et même de très prêt, tellement prêt qu'on prend tous des énormes douches.

    Merci aux sacs étanches.

    Grandiose, spectaculaire, ce spectacle nous laisse bouche bée.

    Heureusement qu'il fait beau, on est mouillé jusqu'au slip.

    Après le lunch on prend un petit train et on rencontre un Knokkois qui travaille et vit depuis 18 ans là.

    Ballade sur une passerelle au dessus les chutes. On ne peut pas d'écrire le spectacle tellement c'est beau et puissant.

    On rentre avec la tête plein d'images.

    Dîner et dodo.

    Lundi 1 octobre.

    Départ 9.30h en bus direction Paraguay (zone franche). Aha je vais parler avec Philippe pour peut-être on sait jamais ........acheter mon rêve : un iPad. Au moins c'est l'occasion de regarder le prix. On verra.!!!!!!

    En arrivant on est surpris : on dirait l'Afrique.

    Des centaines des vendeurs qui essaie de vendre n'importe quoi.

    On trouve dans " un shopping centre " des magasins d'informatique. Dans les étalages: des iPad!!!!!!!!!

    Pendant 1heure nous comparons les prix, jusqu'à Philippe en à marre.

    C'est maintenant ou jamais!!! Eh bien c'est maintenant. Je l'ai. Je suis la femme la plus heureuse!!!!!!!

    Christine en achète aussi un.

    On a de la chance que Pat connais iPad au bout des doigts, il nous aide à mettre ce petit trésor en marche.

     

    Mardi 2 octobre

    A part que j'ai commencé à utiliser et connaître un peu mieux l'iPad pendant cette longue journée en bus, je n'ai pas grand chose à raconter. Le bus c'est vraiment pas mon truc.

     

    3 octobre 2012.

    Nous avons passé la nuit à Corrientes. Après un petit déjeuner bien mérité, Patrick a continué expliquer l' I PAD. Philippe et Joël sont aller acheter un sac de voyage (on en a 5 à la maison).

    Refaire les sacs, payer et après une petite promenade nous avons mangé dans un resto du coin "el favolo", l'ambiance est excellente. Oublier l'énervement de la veille.

    À 13h30 nous partons en direction de Buenos Aires. Le car, qui normalement m'ennuie, devient bizarrement agréable grâce à "ma" I PAD.

    Je m'occupe avec le GPS,la boussole et pages.

    On s'arrête au resto route et dodo dans le car.

    On se rencontre qu'on va trop vite et qu'on arrivera à 2h du matin à Buenos Aires.

     

    4 octobre jeudi

    Le car ralenti, il roule pendant 3h à 30km/h. De façon à ne pas arriver avant 6h30.

    Déchargement des bagages, consigne à l'hôtel.

    En route vers le port, prise des tickets, douane et navigation jusqu'à Colonia en Uruguay.

    Arriver à 10h30, chercher l'hôtel et visite de la vielle ville.

    Un sentiment de plénitude, de sécurité, pas de feu rouge.

    Chouette resto pour le déjeuner à midi dans une cour intérieure avec un guitariste.

    Petite ballade et information pour louer des voitures, visite des magasins, souper.

    Retour a l'hôtel. Il est 22h et repos bien mérite après cette nuit dans le car.

     

    Vendredi 5 octobre

    Réveil a 6h45. La salle de bain est fermée. Pas moyen pour l'ouvrir. Descendre 2 étages pour faire pipi. Le concierge monte pour ouvrir la porte. Mais sans vain. La seule chose à faire c'est d attendre que le serrurier ouvre la porte.

    Après un douche et petit déjeuner nous partons (à 10) pour louer des voitures pour visiter Colonia. Déjeuner avec des produits locaux dans un très chouette cour

    Vers 15h on part à la gare maritime pour prendre le bateau qui nous ramène à Buenos Aires.

    Retour a l hôtel.

     

    Samedi 6 octobre

    Pendant que Philippe chipotte dans ses photos et ordinateur moi et Jocelyn allons chez Tortoni ou Joël et Guy nous attendent pour boire un chocolat chaud. Après, à 3 nous sommes partis pour la librairie au calle callao. Puis rendez vous avec les autres a San Telmo ou on déjeune dans un très bon resto.

    Promenade dans le marcher couvert de puce. Bu un verre à l’hôtel.

     

    Dimanche 7 octobre

    Grande réunion, quels énervements, Philippe quitte la salle

    Vers midi on part à 10 vers Montanero (une bonne 1/2h de route avec voiture).

    Mais malheureusement la fête est annulé à cause de la pluie. Pas grave on va manger dans un resto local. Puis une petite ballade et en sortant on entend de la musique dans une salle. Curieux, on rentre et la salle plein de gens de 3 eme âge qui dansent. Cela dure pas longtemps que Philippe est sur la piste. Après passé un bon moment nous retournons avec bus et métro à l'hôtel.

    Encore un dernier pot et au lit.

     

    Lundi. 8 Octobre

    Vers 10h30 nous sommes partis pour visiter un théâtre qui est transformé comme immense libraire. C'est splendide. Sur plusieurs étages sont exposés des livres et aussi des cd.

    Joël et Guy étaient déjà la et nous avons bu un café ou il y avait à l'époque la scène.

    Bien sur nous avons acheté des cd.

    Vers 14h direction Palermo viejo. Rendez vous avec le reste de la bande pour le dîner etaprès une ballade dans Palermo Soho. J'ai acheté des chaussures (j'ai perdu une paire).

    Vers 18h30 retour à l'hôtel. Il y a une grande discussion à la réception avec l'autre groupe et Rene. Bien sur Philippe reste pour entendre ce qui se passe.

    Un pot dans le bar et on monte.

     

    Mardi 9 octobre

    Après petit déjeuner on va d'abord à américan express pour chercher de l'argent.

    Après 1/2 h de paperasse, on part pour le jardin japonais.

    Quand même un peu déçu du jardin.a pris qque photos et on retrouve 3 de nos copains.

    Lunch El Establo. Bien manger.14.30h rendez-vous à l'hôtel. Départ avec un bus direction Zarate. Il y a 2 hôtels. L'autre groupe se procure l'hôtel neuve nous l'autre. On ne dit rien. Le plus important c'est que nous sommes ensemble.

    On fait un tour dans Zarate puis dodo. Il fait très froid.

     

    Mercrdi 10 octobre

    Très mal dormi à cause du froid. Juste une petite couverture.

    Déjeuner et on va la recherche de gaz. On trouve un magasin qui veut bien nous procurer du gaz en cachette (c'est interdit)

    On retrouve nos copains et après un bon lunch on retourne à l'hôtel ou on a rendez vous avec René.

    Pas de bonne nouvelle concernant la voiture. On risque d'être ici jusqu'à lundi!.

    L'ordinateur est cassé et on dépose l'ordi chez un réparateur.

    On prend des renseignements des prix d'un notebook en cas ou.

     

    Jeudi 11 octobre

    Un peu mieux dormi mais j ai un rhum.

     

    Vendredi 13 octobre

    Quelques un de notre groupe sont allés à l autre hôtel où il y a le groupe tamalou.

    René attendait le réveille de Ricardo. Ils ont danse le tango la vieille et Ricardo ne s est pas réveille!!!!!!! Résultat Joël et Michel en rage et avec raison.

    Promenade au bord du Rio. On est arrivé vers midi à l église et on a bu un apéro. Joel oblige de prendre un gigantesque martini mais finalement bien goûter

    Rejoint le groupe pour manger. On a fait pour la énième fois la rue commerçante.

    Le soir bu un pot avec les copains

    4 semaines que nous sommes en Argentine, et demain mardi nous allons chercher les voitures au port de Zarate. Des journées bien occupées en attendant le "Grande Buenos Aires" qui les transportait avec lenteur.

    Nous partons vers 9h a la ville de Tigre à 30 minutes de BA ou les riches maisons toutes au bord de kfm de canaux ont chacune leur ponton et leur canot pour circuler.

    Tiens donc, mais pourquoi hors du plein centre ville de Buenos Aires et de Zarate les balcons sont-ils grillagés, les boutiques bardées de barres de fer, les immeubles bien protégés par des portes solides ?

    Certains l'ont compris à leurs dépens.

    Après 1h30 de car on arrive à Tigre. On embarque tout de suite sur un bateau lancha (joli bateau plat en bois) pour un tour de 4h. Le bateau (assez bruyant) nous fait découvrir un tout autre côté de ce qu'on a déjà vu. À mi parcours nous sommes, après 1h30 de bateau, les estomacs de nos amis commence à rouspéter et le prochain halte on sort pour trouver un resto.  Pas gagner. Un. Peu de marche et on trouve un resto autrichien : Alpenhauss

    On a mangé au bord de la rivière. Il fait beau. L'ambiance est bonne, la nourriture un peu moins. À 3.30h on repart en bateau, on arrive au bon port mais on doit se dépêcher pour visiter le marcher artisanal. À 18h on arrive en courant au car qui nous ramène à l hôtel.

    Philippe décide d'acheter quand même le petit net book

    Le périple commencera demain, sous pluive battante, direction Valdez et dans 2 ou 3 jours, baleines et phoques, tenez-vous bien, nous voil yà !

     

    Dimanche 15 octobre

    Après le petit déjeuner Christine, Jocelyn et moi sont allés se promener au bord de la rivière pendant que les hommes chipotes avec leurs ordinateur.

    À 11h on est de retour pour la réunion avec René. On dine ensemble.

    Petite promenade et je retourne à l'hôtel (coup de fatigue).

    Philippe est en plein travail avec son nouveau net book.

    À 20h on repart Philippe et son entourage ordi vont voir Jose.

    Michel, Christine et moi allons vers le Rio . Il y a un orchestre qui joue mais nous arrivons trop tard.

    Après encore bu un verre et 2 plats de pica....retour a l'hôtel et dodo.

     

    Lundi 16 octobre

    Les chauffeurs restent à l'hôtel dans l'attente de coup de tél de Ricardo pour retrouver le transitaire à la douane. Pendant ce temps les 3 meilleurs ( Joel,Christine et bien sur moi)du groupe vont faire des courses pour gagner du temps. Heureusement on a profité pour boire un café, parce que le reste de la journée.........

    Mais j'ai les clefs du coffre avec moi et Philippe a besoin les papiers qui sont bien sur dans le coffre.

    Au retour il m'attend avec impatience et il repart aussi tôt. Il est 11.55h et il m a dit que il a seulement 5 min sinon il doit revenir demain. L'angoisse totale !!!!!!!!

    Après 1h j'envoie des messages aux copains pour en savoir plus et ils donnent des SMS pas du tout rassurant.

    Bref avec un caillou dans l'estomac, j’attends mon homme.

    Ils arrivent tous en taxi toujours pas de voiture et des problèmes à l'intérieur du groupe.

    Notre binôme du container n'a pas voulu payer un bakchich. Résultat pas d'argent pas de clé. Patrick a pris la défense de PH et cela à déborder avec une explosion qque part attendu. Mais malheureusement aussi dans notre groupe. Jocelyn qui n'en peux plu des tensions, qui règnent depuis qque jours, craque.

    À 18h l'assureur vient, il nous donne les papiers et après contrôle 85% est faux : le nom, la plaque, le châssis etc. Bref il reprend tous et promis d'être au port à 9h.

    Quand même le soir on va manger dans le resto ou l'autre partie du groupe mange tout le temps. Avec un sacre nœud on rentre et on se salue de loin.

    Heureusement on tchine ensemble et l'opticien vient parler à notre table. Le noeud dans l'estomac se défait et je peux profiter de mon repas qui est excellent.

    Dodo bien mérite!

     

    Mercredi 16 octobre

    Les chauffeurs partent à 8.30h. Pendant ce temps Joël, Christine et moi essayent de consoler Jocelyn qui est envahie par le chagrin. Mais en vain, elle reste inconsolable.

    Après un SMS( pas rassurent du tout )de Guy nous décidons d'aller manger. Cela nous va faire du bien de sortir un peu malgré la pluie qui tombe.

    Un bouteille de vin, un repas et qque larmes plus loin on retourne à l'hôtel.

    Les SMS de Guy nous tiennent au courant de ce qui se passe à la douane.

    Vers 18h nos hommes arrivent enfin avec les 4x4!!!!!!

    Après 4 semaines d'attente ça fait du bien de les voir. Tout à coup l'ambiance devient presque comme avant.

    Resto et dodo

     

     


    Commentaires

Adhésion

Participez à l'aventure en adhérant à l'association pour 5€/mois et bénéficiez d'avantages exclusifs !
En savoir plus…

Vous pouvez également

créer un compte gratuit

Membres

Total : 1864